Intolérance au lactose :
quand les produits laitiers sont irritants

De très nombreuses personnes connaissent ces problèmes : après avoir pris un verre de lait, un cappuccino ou un pot de yaourt, le ventre se met à gargouiller puis c’est au tour d’une douleur abdominale, d’une flatulence (gaz) ou d’une diarrhée de faire leur apparition. Ces plaintes sont peut-être dues à une intolérance au lactose.

Cette page fournit plus d’informations sur les sujets suivants :

Qu’est-ce que l’intolérance au lactose ?

L’intolérance au lactose est l’une des intolérances alimentaires les plus fréquentes dans le monde occidental. Jusqu’à 30 %  de la population en souffre (et dans d’autres régions du monde, ce pourcentage est même plus élevé). L’intolérance au lactose est causée par un déficit en lactase et se manifeste généralement par l’apparition de crises de problèmes digestifs après la consommation d’aliments contenant du lactose, tels que le fromage et d’autres produits laitiers. C’est pour cela qu’on parle souvent aussi d’une « intolérance aux produits laitiers ».

Qu’est-ce que le lactose et où se trouve-t-il ?

Le lactose est le sucre présent dans le lait et les produits laitiers. On l’appelle également « sucre du lait ». Il ne peut être digéré que par l’enzyme lactase, une protéine produite dans l’intestin grêle. Le lactose se trouve notamment dans les aliments suivants :

  • Produits laitiers tels que le lait, le fromage, le yaourt, le beurre et la crème
  • Desserts, glace, pâtisserie, biscuits et chocolat
  • Pain et viennoiseries telles que croissants et pains au chocolat
  • Certains plats préparés et boissons non alcoolisées
  • Cubes de bouillon et soupe
  • Saucisse
  • Sauces

Certains médicaments contiennent également du lactose. Il s’agit de petites quantités mais si vous souffrez d’une intolérance au lactose, il est préférable de le signaler à votre pharmacien.

Situation normale sans déficit en lactase

Avez-vous une quantité suffisante de l’enzyme lactase ? Si c’est le cas, tout se passe le plus normalement du monde. La lactase découpe le lactose en petits morceaux, le glucose et le galactose, des nutriments que l’intestin grêle peut absorber.

Que se passe-t-il en cas de déficit en lactase ?

L’organisme ne peut métaboliser le lactose qu’au moyen de sa propre enzyme digestive, la lactase, qui transforme le lactose dans l’intestin grêle en nutriments glucose et galactose. Les personnes souffrant d’une intolérance au lactose n’ont pas (ou pas assez) d’enzyme lactase. Si la lactase est absente ou en quantités insuffisantes, le lactose n’est pas suffisamment dégradé et ne peut pas être absorbé par l’intestin grêle.

C’est ce qui crée des problèmes au niveau intestinal. Le lactose encore entier, c.-à-d. non digéré, se retrouve dans le gros intestin. Les bactéries présentes dans le côlon, constituant ce qu’on appelle « la flore intestinale », vont y réagir. Elles vont dégrader le lactose et induire une « fermentation », qui s’accompagne de la production de gaz. L’équilibre de la flore intestinale est perturbé, ce qui peut provoquer des plaintes gastro-intestinales.

Causes d’un déficit en lactase et intolérance au lactose

L’intolérance au lactose peut avoir différentes causes :

  • L’intolérance au lactose primaire ou d’origine génétique se caractérise par une moins bonne dégradation du lactose à mesure qu’on vieillit. Les adultes ont donc plus souvent des problèmes avec les produits laitiers.
  • L’intolérance au lactose secondaire est causée par un endommagement de la muqueuse intestinale, p. ex. à cause d’un médicament ou d’une maladie. Contrairement à la forme génétique, l’intolérance au lactose secondaire guérit généralement d’elle-même lorsque l’intestin fonctionne à nouveau correctement.
  • Le déficit congénital en lactase est une affection caractérisée par l’absence de production ou une production insuffisante de lactase depuis la naissance. Cette maladie est très rare mais s’accompagne d’une intolérance au lactose qui dure toute la vie.

Quelle est la fréquence de l’intolérance au lactose ?

Vous avez des difficultés à digérer le lait, le fromage et d’autres produits laitiers ? Vous n’êtes pas un cas isolé. On estime que 70 %  de la population mondiale souffre d’un degré plus ou moins élevé d’intolérance au lactose. C’est beaucoup, n’est-ce pas ? Et plus on vieillit, plus le risque d’intolérance augmente car notre capacité à produire la lactase diminue avec l’âge.

D’ailleurs, saviez-vous que l’intolérance au lactose a une composante héréditaire et dépend donc de caractéristiques génétiques ? En Europe du Nord et au Moyen-Orient, des régions où la consommation de lait était autrefois élevée, l’intolérance au lactose est moins fréquente. Chez les personnes d’origine asiatique ou africaine, dont les ancêtres consommaient moins de lait dans certaines régions, le degré d’intolérance atteint rapidement 90 %. 

Principaux symptômes de l’intolérance au lactose

L’intolérance au lactose est généralement sans danger, mais elle provoque quelques symptômes ennuyants. Vous avez une intolérance au lactose et vous mangez trop d’aliments qui en contiennent ? Alors, voici les symptômes déplaisants que vous pouvez présenter une demi-heure à deux heures après l’ingestion :

  • Douleur abdominale et crampes intestinales
  • Gonflement de l’abdomen et sensation de ballonnement
  • Flatulence et diarrhée
  • Nausées et vomissements
  • Exceptionnellement, l’intolérance au lactose peut également induire d’autres symptômes tels qu’une fatigue et une prise de poids

L’ampleur des symptômes mentionnés ci-dessus dépend de chaque personne et peut être influencée par différents facteurs : quantité de lactose ingérée, autres produits et substances ingérés pendant le repas, composition de la flore intestinale, etc.

Veuillez noter que l’intolérance au lactose n’est pas une allergie. Il ne faut pas la confondre avec l’allergie au lait de vache, une allergie rare pouvant déjà induire une réaction allergique grave après l’ingestion d’une infime quantité de lactose. Consultez notre page sur les intolérances alimentaires pour en savoir plus sur les différences entre l’intolérance alimentaire et l’allergie alimentaire.

Peut-on faire des tests d’intolérance au lactose ?
Comment établir le diagnostic ?

Vous souffrez toujours de l’estomac et de l’intestin après avoir mangé des aliments tels que du fromage frais, du chocolat et des croissants ? Il est alors très probable que vous souffrez d’une intolérance au lactose. Il n’existe aucun test pour l’intolérance alimentaire en général mais votre médecin ou votre pharmacien peut vous aider à déterminer si vous avez ou non une intolérance au lactose.

Les tests suivants peuvent être utiles pour établir le diagnostic :

  • Entretien avec votre médecin et relevé des antécédents médicaux dans votre famille.
  • Test d’éviction/de provocation, consistant à suivre pendant quatre à six semaines un régime d’éviction sans aucun produit contenant du lactose. Vous n’avez aucune plainte ? Vous pouvez alors réintroduire ces produits dans votre alimentation et vérifier si les symptômes réapparaissent.
  • Analyse de selles, pour mesurer le degré d’acidité de vos selles. Plus leur acidité est élevée, plus le risque d’intolérance au lactose est élevé.
  • Test de glycémie, pour mesurer les taux de glucose dans le sang après la prise de lactose. Si vous n’avez aucun problème à digérer le lactose, de petites particules de sucre (sucre du lait) vont apparaître dans le sang. S’il n’y en pas ou presque pas, vous souffrez probablement d’un degré plus ou moins élevé d’intolérance au lactose.
  • Test génétique pouvant détecter une intolérance au lactose grâce à un frottis buccal.

  • Test à l’hydrogène, également appelé « test respiratoire au lactose », à réaliser à l’hôpital. Après l’ingestion d’une solution contenant du lactose, vous devez respirer dans un petit tube à différents moments. On détermine ainsi si vous expirez de l’hydrogène, un produit dérivé de la flore intestinale qui digère le lactose. Il s’agit donc d’un indicateur très fiable de l’intolérance au lactose.

En cas d’intolérance au lactose, il est absolument crucial de poser le bon diagnostic. Demandez donc à réaliser un test ou des conseils à votre médecin ou à votre pharmacien. D’autres affections peuvent se manifester par des symptômes similaires, notamment le syndrome du côlon irritable (SCI) ou l’allergie au lait de vache.

Intolérance au lactose chez les bébés et les enfants

Les bébés et les jeunes enfants peuvent aussi souffrir d’une intolérance au lactose, mais avec un risque de 1 à 3 pourcents, cela reste un phénomène rare. La plupart du temps, les bébés ne présentent qu’une intolérance temporaire pouvant survenir par exemple lorsque leur tube digestif n’est pas encore suffisamment développé ou lorsque leur intestin est endommagé après une infection prolongée. Une intolérance permanente  ne survient habituellement pas avant l’âge de cinq à vingt ans.

Et si l’on suspecte néanmoins une intolérance au lactose chez votre bébé ou votre enfant ? Il est alors préférable d’en rechercher la cause sous-jacente et de déterminer s’il s’agit réellement d’une intolérance, car les symptômes peuvent aussi provenir d’une allergie au lait de vache ou de maladies immunitaires telles que la maladie cœliaque ou la maladie de Crohn, pouvant être associées à l’apparition d’une intolérance au lactose temporaire.

Les meilleurs traitements à faire soi-même et à se procurer

Que faire si vous avez une intolérance au lactose ? Vous devrez probablement adapter quelque peu votre mode de vie, ce qui n’est pas forcément la fin du monde. Un régime sans lactose et la prise de compléments alimentaires tels que des comprimés de lactase vont également de pair pour vous permettre de déguster vos produits préférés à base de lactose. Il est même conseillé de le faire car les produits laitiers contiennent de nombreux minéraux et vitamines qui sont essentiels pour l’organisme.

Régime sans lactose

Lorsqu’on découvre qu’une personne souffre d’une intolérance au lactose, la première chose qu’on lui conseille est de suivre un régime à base d’aliments sans lactose. Ce régime doit toujours se faire en concertation avec un diététicien car le fait d’expérimenter soi-même en matière d’alimentation peut avoir un impact négatif sur votre organisme. Surtout si l’on commence à supprimer brutalement tout ce qui contient du lactose ! Il est souvent déconseillé de le faire car les produits laitiers contiennent des substances importantes : vitamine B2, vitamine B12 et calcium, un élément essentiel pour le os et les dents mais aussi pour prévenir la décalcification osseuse (également appelée « ostéoporose ») à un âge plus avancé.

Avec l’aide de votre diététicien, vous pourrez vérifier le degré de sensibilité de votre corps au lactose et déterminer les quantités que vous pourrez manger chaque jour, car elles varient d’une personne à l’autre. En se basant sur ces éléments, il sera possible d’élaborer un régime adapté, en recherchant les substituts adéquats : le lait de soja, le lait de riz et le lait d’amande en sont quelques exemples. Vous trouverez ici quelques recettes pratiques et savoureuses.

Prendre des médicaments en cas d’intolérance au lactose ?

La bonne nouvelle ? C’est que, si vous avez un déficit en lactase, il est possible de le compenser en prenant un complément alimentaire à base de lactase (comprimés). Il s’agit d’une aide importante qui va améliorer votre qualité de vie et permettre à votre corps de recevoir tous les nutriments et minéraux qui lui sont essentiels. Prenez ce complément juste avant le repas et vous pourrez alors manger de bon cœur tout ce que vous voulez !

Voici deux compléments alimentaires qui peuvent être utiles en cas d’intolérance au lactose :

  • Compléments de lactase, pour permettre à votre corps de métaboliser correctement le lactose afin que vous puissiez à nouveau déguster sans problème vos produits laitiers préférés tels que le fromage, le lait, les desserts et le chocolat. Lactosolv Extra Forte est une excellente alternative car il est hautement dosé et très pratique  !
  • Compléments de calcium, à prendre avant que votre corps ne souffre d’une carence en calcium. En cas de besoins quotidiens de 1000 mg de calcium, il est préférable de prendre Calcium-D Forte EG, alors qu’en cas de besoins quotidiens de 500 mg, il vaut mieux prendre Calcium-D EG.

Régime et aliments

Les symptômes