Tout ce qu’il faut savoir sur l’intolérance à l’histamine

Fatigue, maux de tête, problèmes gastriques, éruption cutanée, urticaire, palpitations cardiaques et étourdissements : autant de symptômes inexplicables, souvent tous réunis, dont la cause reste inconnue pendant un certain temps avant d’être élucidée. Les tests allergiques et les autres examens ne donnent aucun résultat. Et s’il s’agissait d’une intolérance à l’histamine ? La plupart des gens n’en ont jamais entendu parler et ce diagnostic est donc souvent oublié, mais ces plaintes peuvent en être le signe. Heureusement, il est possible de diminuer rapidement vos symptômes grâce à un régime d’éviction (presque sans histamine) et à l’administration du complément alimentaire adéquat.

En lisant cet article, vous trouverez la réponse aux questions suivantes :

L’histamine dans le corps : de quoi s’agit-il exactement ?

La plupart des gens ne connaissent l’histamine que comme la substance qui provoque des réactions allergiques, ce qui lui donne souvent mauvaise réputation. À tort car sans l’histamine, notre corps serait comme un vélo sans roues. Il s’agit notamment d’une substance bioactive qui est non seulement présente dans les aliments d’origine animale et végétale, mais qui est aussi produite par notre corps et impliquée dans de nombreux processus corporels :

  • L’histamine a une fonction régulatrice et contribue notamment au bon fonctionnement de la respiration, de la circulation sanguine, de la cicatrisation, de la contraction musculaire, de la digestion des graisses et de la régulation de la température corporelle et du rythme jour/nuit.
  • Elle aide le corps à produire de l’acide gastrique.
  • Elle fonctionne comme un neurotransmetteur et transmet les stimuli du cerveau à notre corps ; cette substance influence donc fortement la manière dont nous nous sentons.
  • Elle joue un rôle actif au niveau de notre système immunitaire. Les mastocytes de notre corps contiennent de l’histamine, pour aider à combattre les intrus et les agents pathogènes.

Conclusion : l’histamine est une substance naturelle, qui est cruciale et présente dans tout notre corps. Mais en avoir une trop grande quantité peut causer des problèmes dans certains cas.

L’histamine est-elle également présente dans les aliments ?

L’histamine est avant tout une substance naturelle fabriquée par notre corps, mais saviez-vous qu’on peut également la trouver dans de nombreux aliments ? L’histamine présente dans notre corps provient de trois sources différentes :

  • L’histamine est une substance naturelle, qui est produite par notre corps et est cruciale pour son bon fonctionnement. Elle se forme à partir des acides aminés (les constituants des protéines dans notre corps) et appartient donc à la catégorie biochimique des amines biogènes.
  • Aliments riches en histamine (source exogène). On la trouve principalement dans les aliments qui ont mûri plus longtemps, se sont altérés ou ont fermenté, comme par exemple le vin rouge, les fruits mûrs, les fromages à pâte dure et le saumon qui n’est plus aussi frais.
  • Aliments induisant une libération d’histamine : ces aliments ne contiennent qu’une petite quantité d’histamine (source exogène) mais ils peuvent stimuler notre corps à libérer un surplus d’histamine dans l’intestin.

La quantité d’histamine dans le corps est normalement maintenue sous contrôle par des enzymes qui neutralisent tout excès. Mais parfois, l’organisme peut avoir du mal à dégrader de grandes quantités d’histamine. On parle alors d’une intolérance à l’histamine. Et c’est dommage car bon nombre de produits « les plus délicieux » figurent justement sur la liste des aliments à éviter par les personnes ayant une intolérance à l’histamine :

  • Bière et vin rouge
  • Fromage, en particulier les vieux fromages tels que le roquefort et le parmesan. Plus le fromage est vieux, plus il contient de l’histamine
  • Jambon cru et saucisses sèches comme le salami
  • Chocolat
  • Épinards, choucroute, potiron, aubergine, olives, rhubarbe, tomate et betterave rouge
  • Fraises, agrumes, bananes, raisins, framboises, ananas, kiwi, mangue, papaye, figues, avocat et fruits secs

 

 

  • Légumineuses, noix et graines
  • Blanc d’œuf
  • Sauce soja
  • Crustacés tels que le crabe, les crevettes et les moules
  • Poissons en conserve (hareng, maquereau, sardine ou thon) et poissons qui ne sont plus aussi frais
  • Porc, agneau et gibier
  • Épices : cannelle, piment, paprika, gingembre, poivre et curry.

Pourquoi certaines personnes ont-elles une intolérance à l’histamine ?

On pense souvent que l'histamine est nocive mais ce n'est pas le cas. Cette substance est naturellement présente dans notre corps et nous pouvons généralement manger sans problème des aliments contenant ou libérant de l’histamine. Si tout fonctionne correctement dans notre corps, l’enzyme diamine oxydase (DAO) dégrade l'excès d'histamine.

Mais parfois, la quantité d’histamine augmente de manière telle qu’il y a un déficit en l’enzyme DAO et que l’organisme n’est pas capable de dégrader à temps toute l’histamine, ce qui induit l’apparition d’un certain nombre de plaintes et symptômes. Il peut y avoir trois raisons possibles à cela :

  • Vous êtes allergique aux acariens, au pollen ou à certains aliments ? Votre corps considère alors vos stimuli allergiques comme des intrus et il va libérer de l'histamine pour les combattre. C’est la raison pour laquelle les symptômes d'une intolérance à l'histamine sont si semblables à ceux du rhume des foins et d’autres allergies nasales. C’est aussi pour cela que l’histamine est souvent associée aux allergies, alors qu'elle est en fait une substance qui aide notre corps à combattre les intrus.
  • Le corps peut contenir temporairement un excès d'histamine à cause de l’ingestion d’aliments riches en histamine, mais aussi après un stress élevé ou un effort physique intense.
  • Il se peut également que votre corps n'ait pas assez de DAO. En raison d'un déficit en enzyme DAO, le corps ne peut plus dégrader l'histamine contenue dans les aliments, ce qui conduit à des taux trop élevés d'histamine et à l’apparition d’une série de symptômes gênants qui diffèrent d'une personne à l'autre.

Nous pouvons tous souffrir d'un excès d'histamine et des symptômes qui l'accompagnent. Mais quelle est la quantité exacte d'histamine que notre corps est capable de tolérer ? Cela diffère d’une personne à l’autre. C'est ce qu'on appelle le « niveau de tolérance » ou « seuil de tolérance ». Cette valeur est différente pour chaque personne et c’est pourquoi certaines personnes sont plus ou moins tolérantes à l’histamine que d’autres.

Qu’est-ce que la DAO et quel est l’impact d’un déficit en cette enzyme ?

Lorsque l'enzyme DAO dégrade l'histamine de la manière normalement prévue, les taux n’augmentent pas et tout se passe bien. Mais si un problème survient car notre corps n’a pas ou pas assez de DAO, c’est une autre histoire. L'histamine n'est pas bien dégradée et se retrouve en excès. La substance est libérée dans le sang puis se répand dans tout le corps. Il s’agit d’un déficit enzymatique, temporaire ou non, qui provoque des plaintes.

Un déficit enzymatique peut avoir plusieurs causes, notamment :

  • Déficit héréditaire
  • Déficit en vitamine B6
  • Inflammation intestinale, déséquilibre au niveau du foie ou perturbation de la flore intestinale. Dans certains cas, comme lors de la maladie de Crohn ou de la maladie cœliaque, ce déficit est même chronique.
  • L’utilisation de certains médicaments et la consommation d’alcool (même en petites quantités) peuvent empêcher temporairement l’enzyme DAO de faire son travail.
  • Stress, faible résistance, fatigue
  • Production excessive de mastocytes, une affection rare durant laquelle le corps fabrique trop de mastocytes, qui sont remplis d’histamine pour combattre les allergènes. Cette production excessive induit un excès d’histamine dans le corps.

Il peut s’agir d’un problème temporaire ou permanent (chronique). Il est important de déterminer la cause du déficit en DAO car c’est le seul moyen de trouver le bon traitement.

Quels sont les symptômes d’une intolérance à l’histamine ?

Étant donné que les symptômes d’une intolérance à l’histamine sont similaires à ceux de certaines allergies ou autres intolérances alimentaires, comme p. ex. l’intolérance au lactose, une affection relativement bien connue, ou une malabsorption du fructose, on ne pense pas souvent à l’intolérance à l’histamine. Les symptômes suivants peuvent néanmoins en être le signe :

  • Maux de tête et sensation de fatigue.
  • Plaintes gastro-intestinales telles qu’une diarrhée, une flatulence, des crampes, une douleur abdominale.
  • Un excès d’histamine peut également avoir un impact sur la peau et y induire une accumulation de liquide, la formation de petites bulles ou boutons d’apparition brutale avec des démangeaisons, ou une urticaire.
  • Irritation, larmoiement et rougeur au niveau des yeux.
  • Problèmes respiratoires et mal de gorge.
  • Très exceptionnellement, des symptômes tels qu’une faible tension artérielle, des étourdissements et des troubles du rythme cardiaque (arythmies cardiaques) peuvent également survenir en cas d’intolérance à l’histamine.

Suis-je allergique à l’histamine ?

Ne tournons pas autour du pot : l’allergie à l’histamine, ça n’existe pas. Même si les symptômes d’une intolérance à l’histamine ressemblent à ceux d’une allergie, la cause des deux affections est différente. En cas d’allergie, le système immunitaire considère à tort certaines substances comme des substances étrangères (allergènes), alors qu’elles ne devraient pas être nocives en elles-mêmes. Quelques exemples d’allergie sont les allergies aux grains de pollen, aux phanères d’animaux, aux déjections d’acariens, aux spores de champignons et à des composants alimentaires.

Le système immunitaire produit des anticorps dirigés contre les « intrus » et lorsque ces allergènes pénètrent dans le corps, ils déclenchent la sonnette d’alarme. Il en résulte une production excessive d’histamine et l’apparition d’une réaction allergique. Il n’existe donc pas d’allergie à l’histamine mais toute allergie s’accompagne d’une augmentation de la libération d’histamine, comme cela se produit également au cours d’une intolérance à l’histamine. Ces deux affections s’expriment donc par les mêmes symptômes. C’est aussi la raison pour laquelle tant les patients allergiques que les personnes souffrant d’une intolérance à l’histamine sont soulagés par les antihistaminiques, des médicaments qui bloquent l’effet de l’histamine dans le corps.

Quelle est la différence entre l’allergie et l’intolérance ?

Étant donné que les symptômes d’une allergie et d’une intolérance à l’histamine sont étroitement liés, il peut être intéressant de faire des tests allergiques. Leur utilité est de s’assurer que vous n’êtes pas allergique, p. ex. aux poils de chien, aux crustacés, aux champignons ou au pollen présent dans l’air. Votre test allergique est négatif ? Il est alors possible que vos plaintes soient causées par un déficit en DAO et que vous ayez une intolérance à l’histamine.

Ne vous improvisez pas apprenti docteur et consultez plutôt votre médecin traitant. Il/elle vous aidera à établir le bon diagnostic, souvent avec l’aide d’un diététicien. Il se peut également qu’il/elle vous envoie à l’hôpital afin de réaliser un test pour vérifier si vous avez une intolérance à l’histamine.

Voici un aperçu des différents types de tests :

  • Un test sanguin à l’histamine, pour examiner la quantité d’histamine dans votre sang.
  • Une analyse de selles, pour examiner la quantité d’histamine dans vos selles.
  • Un test d’éviction/provocation, au cours duquel tout aliment contenant de l’histamine est temporairement exclu de l’alimentation. Après environ quatre semaines, les produits peuvent être lentement réintroduits et on peut vérifier quand les plaintes apparaissent grâce à la tenue d’un journal d’alimentation.

Qu’est-ce que l’allergie au vin rouge ?

Nombreuses sont les personnes qui aiment boire un petit verre de vin rouge le soir pour se détendre, mais certaines ne se sentent pas bien le lendemain matin. Et ce n’est pas toujours à cause de la teneur en alcool. Les symptômes n’apparaissent souvent qu’après avoir pris un verre de vin rouge, mais pas après avoir bu un verre de gin tonic. Cela s’explique par le fait que de nombreux vins rouges contiennent de l’histamine. Plus le vin est vieux, plus il en contient. De plus, la teneur en histamine dépend fortement de l’année de la récolte, de la variété et du pays d’origine.

En plus de l’histamine, d’autres ingrédients du vin peuvent également déclencher une réaction d’intolérance, notamment les sulfites ou la tyramine. Enfin, le vin rouge peut aussi contenir certaines protéines, qui peuvent provoquer une réaction allergique chez certaines personnes. Donc, si vous ne vous sentez pas bien après avoir bu une petite quantité de vin rouge, il est important de demander à votre médecin de vous faire un test allergique. Si ce test est négatif, il est possible que vous ayez une intolérance à l’histamine.

Qui sont les personnes particulièrement sensibles à une intolérance à l’histamine ?

Les femmes ont plus souvent des difficultés à dégrader l’histamine que les hommes. Les symptômes apparaissent avec l’âge, souvent pendant la ménopause. Certains médecins sont d’ailleurs convaincus qu’il existe un lien entre l’histamine et les hormones. Un élément soutenant cette théorie est l’apparition de crampes menstruelles parmi les symptômes. Il est également possible que les symptômes d’intolérance à l’histamine soient plus marqués pendant ou juste après les règles.

Intolérance à l’histamine et grossesse : que faut-il retenir ?

Dans la plupart des cas, les symptômes d’une intolérance à l’histamine disparaissent comme neige au soleil pendant la grossesse. Cela s’explique par le fait que le corps produit plus de DAO. Ainsi, pendant la grossesse, la quantité d’enzymes protectrices dans l’organisme est trois fois plus élevée. C’est probablement de cette manière que le corps protège l’embryon contre l’histamine. Après la naissance, les taux de DAO diminuent à nouveau et l’intolérance peut réapparaître.

Les enfants peuvent-ils être sensibles à l’histamine ?

Lorsqu’un bébé gémit après avoir été nourri, présente une flatulence ou une éruption, de nombreux parents pensent qu’il souffre d’une intolérance à l’histamine – surtout s’ils en souffrent également. Dans la plupart des cas, les plaintes du bébé sont néanmoins dues à une autre cause facile à trouver et à traiter. À l’heure actuelle, nous ne savons pas précisément combien d’enfants et d’adolescents sont sensibles à l’histamine. Mais, en se basant sur les études réalisées, les experts médicaux sont convaincus que les problèmes liés à l’histamine n’apparaissent souvent qu’avec le temps. 

Existe-t-il un lien entre l’histamine et le sport ?

Oui. Les sports d’endurance et les efforts physiques intenses augmentent la production d’histamine dans le corps. Cette augmentation peut même survenir après un effort de courte durée, de trois à cinq minutes. S’il n’y a aucun déficit enzymatique chronique, les taux d’histamine reviennent à leur valeur initiale après une période de repos. C’est aussi pourquoi la pratique du sport peut aggraver les symptômes de l’urticaire, une affection survenant lorsque le corps contient trop d’histamine et dont le traitement est similaire à celui d’une intolérance à l’histamine.

Limiter vos symptômes grâce à un régime sur mesure

Le premier traitement naturel à conseiller aux personnes souffrant d’une intolérance à l’histamine est de suivre un régime pauvre en histamine (presque sans histamine), en mangeant et en buvant le moins possible de produits contenant de l’histamine ou des agents en induisant la libération. Voici quelques conseils sur les aliments que vous pouvez manger :

  • Plus le produit est mûr, plus il contient de l’histamine. Si vous mangez de la nourriture préemballée, il est préférable de la consommer au plus vite après ouverture et de ne pas conserver les restes pendant plus de 24 heures.
  • Recherchez précisément les aliments qui déclenchent les plaintes. C’est un processus très contraignant mais pour les personnes ayant une intolérance à l’histamine, il est judicieux de dresser une liste des produits pouvant ou non faire partie de leur alimentation, avec l’aide d’un diététicien. Ainsi, les vieux fromages (p. ex. fromages affinés) contiennent plus d’histamine que les jeunes fromages (p. ex. gouda jeune) ou les fromages frais (p. ex. fromage de chèvre frais).
  • Veillez à avoir une alimentation très variée. Il ne peut certainement pas être néfaste de manger de temps en temps des produits contenant de l'histamine si votre menu hebdomadaire est varié. Voici déjà quelques recettes sans histamine qui vont vous régaler.

Pour en savoir plus : gérer l’intolérance à l’histamine

Aliments diététiques ou médicaments pour une meilleure qualité de vie

Contrairement à ce que pensent beaucoup de gens, il n’est pas du tout indiqué de supprimer complètement l'histamine de votre menu. Un bon nombre de vitamines et minéraux importants, qui sont nécessaires à l’organisme, sont présents dans les aliments contenant de l'histamine, notamment :

  • Fer : il intervient dans la fabrication des globules rouges et transporte l’oxygène des poumons vers les tissus. Une carence en fer provoque des étourdissements et une fatigue intense.
  • Vitamine A : elle est nécessaire pour le système immunitaire et bénéfique pour la peau et les yeux.

Afin d’éviter que votre corps ne présente un déficit en nutriments essentiels, il est préférable de compléter votre alimentation avec des préparations enzymatiques ou des antihistaminiques qui bloquent l'action de l'histamine dans votre corps. Grâce à ces médicaments, votre vie quotidienne ne sera plus entravée et vous pourrez à nouveau déguster sans problème votre verre de vin préféré ou cette délicieuse pizza aux quatre fromages. Une visite chez le pharmacien suffit pour acheter un antihistaminique en comprimés ou en capsules, ou des aliments diététiques spécifiques à usage médical tels que Daosin.

Vous voulez diminuer vos symptômes d’intolérance à l’histamine ? Daosin contient de la diamine oxydase et favorise la dégradation de l’histamine. Pour déguster à nouveau sans souci votre vin favori ou vos fromages préférés !

Liste des aliments

Les aliments contenant de l’histamine ?

Les symptômes

Comment identifier les réactions courantes liées à une intolérance à l’histamine ?

Diagnostic

Le diagnostic de l’intolérance à l’histamine est difficile mais pas impossible