Premiers signes d'une ménopause précoce

En moyenne, les premiers signes de la ménopause se manifestent vers l'âge de 45 ans. Cependant, il est possible que les femmes entrent en ménopause à un âge beaucoup plus jeune. Dans certains cas, la transition anticipée survient même vers l'âge de 20 ou 25 ans. Cette ménopause précoce peut avoir une explication naturelle, mais le traitement contre le cancer (du sein) par hormonothérapie ou chimiothérapie peut, entre autres choses, aussi être la cause de la transition anticipée. Une information suffisante sur ce qui vous arrive est importante dans le processus de compréhension. Par conséquent, vous trouverez dans ce qui suit, beaucoup d'informations sur la ménopause précoce et ce que vous pouvez faire pour la surmonter le mieux. De plus, vous pouvez toujours vous rendre chez votre médecin pour discuter de la ménopause précoce et de tout ce qui l'accompagne.

Il est possible que vous soyez en ménopause précoce si vous avez moins de 40 ans et que vous n'avez pas eu de menstruations depuis au moins quatre mois.

Quand parle-t-on d'une ménopause précoce ?

Lorsqu’une femme de moins de 40 ans n'a pas eu ses règles depuis au moins quatre mois et que son équilibre hormonal a fort changé, il se peut qu’elle soit entrée prématurément en ménopause. Cela signifie qu’elle n'ovule plus et que son taux d'œstrogènes diminue. Le taux d'autres hormones, comme la HSF (hormone folliculostimulante) qui stimule la croissance des follicules et la HL (hormone lutéinisante), est par contre supérieur à la normale.

Les femmes découvrent souvent qu'elles ne sont plus menstruées lorsqu'elles cessent de prendre la pilule ou un autre contraceptif hormonal. Un médecin peut déterminer la ménopause précoce à l'aide d'un test sanguin. Cela se fait habituellement par un test sanguin.  Le diagnostic de " ménopause précoce " peut être difficile à accepter et peut être psychologiquement et émotionnellement pénible. C'est pourquoi il est important d'oser parler de la transition anticipée et de partager ses expériences avec d’autres.

IOP

La transition anticipée est aussi appelée "insuffisance ovarienne primaire" (IOP) ou "insuffisance ovarienne prématurée " (IOP).
Ces termes indiquent que les ovaires ne fonctionnent plus, qu'il n'y a plus de follicules en croissance et donc plus d'ovulation.

L'hormonothérapie ou la chimiothérapie, cause fréquente de ménopause prématurée

Une cause fréquente de ménopause précoce est l'hormonothérapie ou la chimiothérapie.

En plus des causes ci-dessus, l'hormonothérapie ou la chimiothérapie est une cause courante de ménopause précoce. Ces traitements bloquent l'action des hormones naturelles telles que l'œstrogène. Ceci pour empêcher le développement de cellules cancéreuses ER (récepteurs d'œstrogènes) positives.

Pendant le traitement par hormones ou chimiothérapie, vous pouvez ressentir des malaises tels que des bouffées de chaleur.

Qui est traité par hormonothérapie ou chimiothérapie et qui entre donc en ménopause précoce souffre souvent de bouffées de chaleur et de sueurs nocturnes.

Pour soulager ces inconvénients, il existe des solutions à mécanisme d'action non hormonal comme Sérélys. Grâce à son action non hormonale, Sérélys peut être utilisé pendant ou après un traitement de hormones ou de chimiothérapie.

Sérélys est le partenaire naturel, sûr et efficace pour toutes les femmes. Il peut en outre associé en toute sécurité aux différents médicaments.

Mais rappelez-vous, la sécurité d'abord. Avant d'utiliser tout produit pour prévenir les bouffées de chaleur et les sueurs nocturnes, consultez votre médecin ou votre pharmacien.

Bouffées de chaleur liées à l'hormono ou chimiothérapie

Les femmes qui ont eu une ménopause précoce due à l'hormonothérapie ou à la chimiothérapie peuvent également souffrir de bouffées de chaleur et d'excès de sueur. Au cours d'un tel traitement, la production naturelle d'œstrogènes est bloquée afin d’empêcher le développement de cellules cancéreuses. En raison de la diminution de l'œstrogène, le risque de bouffées de chaleur et d'attaques de sueur chez les femmes et les hommes traités par une hormonothérapie ou une chimiothérapie est encore plus grand.

Sérélys est une solution naturelle, non hormonale, qui peut également être utilisée lors d'une hormonothérapie ou d'une chimiothérapie.

Vous recherchez une solution naturelle avec un mécanisme d'action non hormonal ?

Soulagez vos désagréments tels que les bouffées de chaleur, les sueurs nocturnes et l'irritabilité avec Sérélys®, le partenaire naturel, sûr et efficace de chaque femme.

Quelles sont les autres causes possibles de la ménopause précoce ?

Les femmes entrent tôt dans la ménopause pour de nombreuses raisons :

Vous pouvez aussi entrer en ménopause précoce, de façon naturelle. Cela se produit lorsqu'il ne reste pas assez d’ovules.

Une transition anticipée naturelle.

Les femmes naissent avec 1 à 2 millions d'ovules. Ce nombre diminue au cours de la vie, et au moment de la ménopause, il en restera environ 1000. S'il ne reste pas assez d'ovules, le cycle menstruel s'arrête. Si vous entrez dans la ménopause précocement, il est possible que la réserve d’ovules soit épuisée à un âge précoce.

La ménopause précoce peut également se produire en raison d'anomalies chromosomiques. La réserve d'ovules est alors naturellement très petite.

Anomalies chromosomiques

Dans le cas de certaines anomalies chromosomiques, telles que la maladie de Turner ou le "syndrome du X fragile", la réserve d’ovules peut également être réduit dès la naissance.

La ménopause précoce peut également avoir une cause génétique.

Génétique

La cause peut aussi être génétique. Ainsi, la transition anticipée peut être héréditaire.

L'endométriose est également une cause de ménopause précoce.

Endométriose

L'endométriose, ou prolifération de l'endomètre, peut également mener à une ménopause précoce.

Lorsque les ovaires sont enlevés, la femme entre également en ménopause précoce.

Ablation des ovaires

L'ablation des ovaires entraîne également une ménopause immédiate et donc parfois prématurée.

Les problèmes de thyroïde sont une cause possible de ménopause précoce.

Glande thyroïde

Parfois, la transition anticipée est également associée à la glande thyroïde. Cela peut être dû à certaines maladies auto-immunes.

Tout d’abord la sécurité

Mais rappelez-vous, la sécurité d'abord. Avant d'utiliser tout produit pour prévenir les bouffées de chaleur et les sueurs nocturnes, consultez votre médecin ou votre pharmacien.

Quels sont les symptômes liés à la ménopause précoce ?

Les symptômes de la ménopause précoce sont semblables à ceux de la périménopause. Elle constitue la transition vers la ménopause définitive. Elle commence lorsque les ovaires ne produisent plus régulièrement l’hormone oestrogène. Ces symptômes apparaissent souvent lorsqu'une femme cesse la contraception hormonale. Il y a beaucoup d'inconvénients par lesquels une femme peut être incommodée sous l’influence de la transition prématurée. Les symptômes courants qui sont d’ailleurs semblables à ceux de la périménopause sont :

La ménopause précoce présente les mêmes inconvénients que la ménopause vers l'âge de 51 ans.
  • troubles psychologiques tels que les sautes d'humeur (irritabilité), les problèmes de concentration et les crises d'anxiété

  • Cycle menstruel irrégulier

  • Moins de désir sexuel en raison de sécheresse vaginale

  • Perte de cheveux et ongles cassants

  • Prise de poids

  • Fuites urinaires ou infections des voies urinaires

Comment faites-vous face aux inconvénients d'une ménopause précoce ?

Il existe également un certain nombre de solutions aux désagréments liés à la ménopause précoce.

Quelles sont les différentes solutions ?

Pour les malaises associés à une transition anticipée, il existe un certain nombre de solutions disponibles qui sont également utilisées pour résoudre les malaises associés à la (péri)ménopause. La thérapie de substitution hormonale (TSH) peut ainsi être prescrite. Toutefois, il est important de noter que la TSH ne peut jamais être utilisée en combinaison avec une hormonothérapie ou une chimiothérapie. Si vous êtes arrivée à une ménopause précoce due à l'hormonothérapie ou à la chimiothérapie, la TSH n'est pas une solution sûre pour vous.

Heureusement, il existe des solutions naturelles avec un mécanisme d'action non hormonal que vous pouvez bien utiliser.

Un mode de vie sain peut contribuer à maîtriser les désagréments liés à une ménopause précoce.

Un mode de vie sain

D’autre part, il est également très important de maintenir un mode de vie sain : faire de l'exercice, ne pas fumer, consommer modérément de l'alcool, peu de sel et de mauvaises graisses. De plus, en raison de la production réduite d'œstrogènes, le risque d'ostéoporose est également accru. Pour cette raison, les femmes qui arrivent en ménopause précoce devraient certainement aussi maintenir leur taux de vitamine D, de préférence en prenant un complément de vitamine D. On soupçonne également que le diabète et la ménopause précoce sont liés.